top of page

Dix erreurs du M.E.S à éviter - Partie 2/11 - Standardisation extrême


Suite de notre série d'articles sur les 10 erreurs du MES.


N'hésitez pas à réagir, vous pouvez contacter l'association via le formulaire de contact ou le menu en bas à droite.


Bonne lecture



Avatar de la conception objet, l’approche « Core system » met à disposition des services informationnels génériques susceptibles de servir de manière identique des besoins similaires exprimés par des acteurs et pour des métiers différents. D’un point de vue fonctionnel, la démarche consiste à conceptualiser, abstraire les spécifications pour couvrir des besoins proches par un nombre réduit de fonctions. Globalement vertueuse, cette approche ne doit pas être dogmatique au point de créer des problèmes graves d’ordre fonctionnel, humain ou systémique.

  • La réponse standard risque de ne pas couvrir correctement le besoin fonctionnel réel, ou se révéler inutilement sophistiquée et complexe pour certains métiers. Il sera nécessaire de créer des variantes plus adaptées aux spécificités locales.

  • Le facteur humain est récalcitrant aux initiatives dont il n’est pas partie prenante. L’approche standard est par nature « top-down » et suscite la méfiance. Il est prudent de différer le déploiement sur les ilots de résistance, susceptibles de devenir positivement demandeurs lorsque le système aura démontré ses qualités.

  • La viabilité de l’entreprise induit une certaine autonomie des entités opérationnelles que la standardisation peut compromettre si elle n’est pas traitée au bon niveau. Il est normal de standardiser les flux de communication, le reporting et les indicateurs de performance opérationnelle pertinents au niveau de l’entreprise ou d’offrir une plateforme informatique ouverte au développement à côté des fonctions standard. Par contre, il peut être néfaste d’imposer aux usines leurs indicateurs internes de performance ou leurs méthodes d’ordonnancement. De même, la granularité du contrôle opérationnel doit être adaptée au besoin de la gestion opérationnelle de l’entité concernée, et ne correspond pas à la maille du contrôle de gestion et de la gestion de production. Mal conduite, la standardisation risque de figer la régénération vitale créative du système opérationnel.

댓글


bottom of page