top of page

Dix erreurs du M.E.S à éviter - Partie 3/11 - Périmètre fonctionnel trop large

Suite de notre série d'articles sur les 10 erreurs du MES.


N'hésitez pas à réagir, vous pouvez contacter l'association via le formulaire de contact ou le menu en bas à droite.


Bonne lecture


La programmation de la transformation peut prendre différentes formes, succession de projets ou d’actions de plus ou moins grande ampleur, du déploiement d’une fonction sur une cible métier isolée jusqu’au remplacement global de l’ensemble des applications sur tout le système opératif, par une planification à long terme ou de manière opportuniste.


Le business case ambitieux d’un projet spécifique peut être motivé par l’espoir de sa réalisation grâce à une pléthore d’arguments à destination des instances décisionnelles. Techniquement, il est plus simple de procéder à la refondation complète d’une construction intriquée difficile à faire cohabiter avec une nouvelle solution.


De façon générale, la taille des projets est corrélée avec le niveau de risque. L’effet tunnel et sa durée découragent les acteurs et les utilisateurs, élargit l’écart avec l’évolution continue des besoins, voire de la technologie. Dans le domaine particulier de l’informatique industrielle, le besoin à couvrir est difficile à exprimer et rapidement évolutif. Une spécification fonctionnelle longuement murie, cohérente, supposée exhaustive se révèle parfois à côté de la plaque avec une réponse inappropriée, avec des lacunes ou en excès par rapport aux véritables besoins.


Lorsque les projets sont traités de manière indépendante, en dehors d’un programme de transformation cohérent permanent, il est difficile de servir des besoins ponctuels ou nouveaux, et d’offrir la réactivité et la flexibilité exigées pour servir le système opératif. L’informatique industrielle se présente comme un élément de perturbation du métier et entre en conflit avec la transformation industrielle elle-même.


Le découplage de l’évolution technologique, de la couverture de besoins fonctionnel et du déploiement à destination de cibles métiers / utilisateurs est à la base d’une gestion de la transformation efficace dans les limites de l’engagement budgétaire. Il permet la programmation dynamique et la gestion de la performance de transformation informatique.

On pourra contourner ces difficultés en réduisant le projet initial à sa part essentielle – par exemple la mise en place de la plateforme et d’un pilote au périmètre fonctionnel et topologique réduit. La suite du projet pourrait enchainer des phases, ou mieux passer en mode structure de développement et déploiement permanent priorisé, monitoré et encadré par un budget de fonctionnement annuel (transformation continue).

Comentarios


bottom of page